Vous êtes ici: Accueil \ ressources

La fabuleuse machine d’anticythère


Conférence présentée par Jean-Jacques Dupas (CEA, France) le mecredi 25 novembre 2015, dans le cadre du cycle Univers 2015-2016.

En voici un bref aperçu :

La machine (ou mécanisme) d’Anticythère est probablement le premier calculateur de positions astronomiques de la période antique. Comprenant de nombreuses roues dentées disposées sur plusieurs plans mais liées entre elles, elle constitue le plus vieux mécanisme à engrenages connu ! Ses fragments sont aujourd’hui conservés au musée national archéologique d’Athènes. A priori il n’existe aucun autre objet similaire.

Cette relique a été trouvée en 1901 dans une épave d’une galère romaine datant du premier siècle avant notre ère ; lors d’une plongée de pécheurs d’éponges. Cela se passait au large de l’Île d’Anticythère, entre la Crète et le Péloponnèse. Ce mécanisme, enserré dans une boite en bois, une fois remonté et séché est malheureusement parti en plusieurs morceaux (près de 100). On le prit pour un astrolabe et plus personnes ne s’intéressa à lui pendant des décennies.

C’est seulement dans la deuxième moitié du XXème siècle qu’on eut l’idée de radiographier les différentes parties. Ce sont principalement un astronome de l’Université de Cardiff Mike Edmunds et un mathématicien Tony Freeth qui eurent l’idée de construire un scanner à rayons X qui allait donner des coupes tomographiques à différentes profondeurs de la machine. On commence à se rendre compte de son extrême complexité en remarquant la grande quantité de rouages (on en a compté 32 mais il devait y en avoir beaucoup plus). De plus les 3.000 caractères qui peuvent être lus, nous renseignent sur son utilisation. Une fois analysé la structure telle qu’elle nous est parvenue et les textes, on peut échafauder des hypothèses sur son utilisation originale…«

Le(s) type(s) de public(s) de cet ressource:
Le(s) type(s) de cette ressource: