Vous êtes ici: Accueil \ Agenda \ évènement

Comment une formule chimique peut devenir impérialiste, anti-marxiste et non-patriotique…

lundi 30 novembre 2015, de 18:15 à 20:15


Comment une formule chimique peut devenir impérialiste, anti-marxiste et non-patriotique: la campagne contre la théorie de résonance en URSS vers 1950 : conférence présentée par Viktor Gueskine (UMONS), dans le cadre du cycle « Les mauvais perdants de la science », organisé conjointement avec l’Extension UMONS.

« Je feuillette une monographie russe de la chimie théorique intitulée « Liaison chimique et structure moléculaire », éditée en 1946, dotée du visa du ministère autorisant l’utilisation de cet ouvrage en tant que manuel pour les universités.  La présentation est claire et logique, l’éventail des phénomènes pris en compte est spectaculaire. Bien entendu, la chimie théorique a énormément évolué depuis, mais je n’hésiterais pas a suggérer une grande partie du matériel aux étudiants chimistes, même aujourd’hui. Deux chapitres sur dix-huit contiennent le terme « résonance » dans leur titre. En effet, la théorie de résonance, que les auteurs du livre ne sont pas les premiers à utiliser, est une approximation bien définie basée sur la mécanique quantique. Une approximation parmi d’autres, actuelles, mieux adaptées ou plus sophistiquées. La théorie de résonance n’est pas tout à fait morte pour autant. Je me demande si un scientifique de nos jours, qui ne serait pas au courant de l’histoire de la question, en feuilletant ce livre – assez spécialisé, visant un public restreint – aurait imaginé que la théorie de résonance attirerait des foudres dans la principale revue philosophique stalinienne et serait traitée d’idéologiquement subversive ? Qu’une session spéciale de la Section chimique de l’Académie de Sciences de l’URSS serait convoquée, où les auteurs du livre ainsi que d’autres chimistes qui avaient commis le péché d’utiliser ou enseigner cette horrible théorie, seront sévèrement réprimandés, amenés à faire un mea culpa publique? Bien sûr, une personne saine d’esprit n’aurait jamais imaginé ce scénario ! Et pourtant c’est arrivé, en 1951.

Mon intervention ne porte ni sur la chimie théorique, ni sur les avantages et les défauts de la théorie de résonance. Je veux juste tenter de comprendre et de faire comprendre l’effet du mélange de conservatisme, d’ignorance, de carriérisme et même de bonne foi de différents acteurs, amplifié par le caractère quasi religieux de l’idéologie soviétique, surtout à la fin du règne de Staline, en prenant la campagne anti-résonance comme exemple. »

Le conférencier n’a pas participé aux « discussions » sur la théorie de résonance des années cinquante, mais il a étudié la chimie théorique en URSS (avant de la pratiquer pendant nombreuses années à l’Université de Mons). Il a bien connu l’atmosphère de l’état idéologique, bien qu’à « l’époque beaucoup plus végétarienne » (expression de la poétesse Anna Akhmatova) et avait senti les conséquences de cette campagne sur la chimie quantique soviétique des décennies plus tard.   

Informations générales

30/11/2015 , 18:15 - 20:15
Auditoire 236L (2e étage du Campus des Sciences Humaines - Bâtiment Warocqué)
Loading Map....